International
URL courte
321163
S'abonner

Bernie Ecclestone, président d'honneur de la Formule 1 et ancien directeur général de ce sport, a accordé une interview au Times dans laquelle il confirme être dévoué à Vladimir Poutine et exprime son désir de le voir un jour à la tête de l’Europe.

«Si quelqu’un avait une mitrailleuse et se préparait à tirer sur Poutine, je me mettrais devant lui», a déclaré Bernie Ecclestone, ancien propriétaire de la Formule 1 dans une interview au Times.

Bernie Ecclestone est celui qui a introduit la F1 en Russie. Il avait déjà rencontré le Président russe. Depuis leur première rencontre, il a défendu M.Poutine à plusieurs reprises, notamment sur des sujets controversés en Occident, comme la situation autour de la Crimée en 2014 ou les actions de la Russie en Syrie.

«Pourquoi? Parce que c’est un type bien. Il n’a jamais rien fait qui ne soit pas bon pour le peuple», a expliqué Bernie Ecclestone quant à sa détermination de donner sa vie pour sauver celle de Vladimir Poutine.

M.Ecclestone a par ailleurs de nouveau déclaré vouloir le voir «diriger l’Europe. Nous n’avons personne, alors ça ne pourrait pas être pire. Il fait ce qu’il dit et ce qu'il fera ... Je ne suis pas fan de la démocratie. On a besoin d’une dictature. Et en tant que dictateur, vous dites: "C’est ce que je vais faire". En démocratie, c’est dilué».

Interrogé sur l’affaire Skripal qui a fait grand bruit, M.Ecclestone s’est dit convaincu de l’innocence du Président russe qui est «trop occupé pour s’inquiéter de ce genre de chose».

Bernie Ecclestone, âgé de 88 ans, a déjà évoqué son admiration pour le leader russe. En octobre 2015, il a rencontré Vladimir Poutine pour se pencher sur l'organisation des courses à Sotchi. Lors de leur entretien, il avait souligné que tant qu'il serait vivant, le grand prix de Formule 1 se tiendrait dans cette ville russe.

Lire aussi:

Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
Trump évoque «la catastrophe énergétique» aux USA et la dépendance au pétrole russe sous Biden
«J’ai déjà fait barrage, cette fois c’est fini»: la Une de Libération sur le RN indigne la majorité
Tags:
Bernie Ecclestone, Vladimir Poutine, Formule 1, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook