International
URL courte
Par
814535
S'abonner

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères évoque auprès d’Ouest-France les actions terroristes qui ont touché l’Hexagone ainsi que la vague de haine anti-française dans le monde musulman. Il dénonce également l’attitude «inadmissible» de la Turquie contre laquelle il appelle à une réponse au niveau européen.

Interrogé par Ouest-France au sujet de l’actualité récente, notamment la «campagne anti-française» de certains pays musulmans, Jean-Yves Le Drian détaille quatre niveaux d’analyse de la situation. Il évoque également les divergences qu’a la Turquie avec la France et l’Europe, et indique que «tout est sur la table» pour éventuellement introduire des sanctions contre ce pays.

«La menace [terroriste] a toujours été là depuis 2015», prévient-il, d’autant qu’elle est aujourd’hui le résultat de quatre éléments, dont le premier niveau est l’acte lui-même: les attaques directement menées par les organisations comme Daech* et Al-Qaïda*, et les actions individuelles inspirées de cette idéologie.

Il dénonce ensuite, au deuxième niveau, «le développement en même temps de campagnes d’injures, de calomnies, d’instrumentalisation, de haine, de la part de dirigeants de certains pays et de certains groupes», nommant le Pakistan, l’Iran et la Turquie. Selon lui, le troisième niveau d’analyse relève d’une «amplification de ces désinformations et de ces malentendus» sur les réseaux sociaux, lesquels favorisent une «viralité de la haine».

Enfin, il estime que ces deux derniers éléments conduisent au quatrième, à savoir une instrumentalisation des opinions publiques visant à faire croire que la France et l’Europe rejettent l’islam. À cet égard, le ministre s’est rendu en Égypte dimanche 8 novembre et au Maroc ce lundi pour rappeler à leurs dirigeants que «la France n’est pas islamophobe».

Divergences avec la Turquie

Revenant sur le sujet des récentes critiques de la Turquie, notamment celles d’Erdogan visant directement Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian affirme qu’Ankara s’attaque ainsi à l’ensemble des valeurs européennes. «Ce n’est tout simplement pas acceptable et c’est irresponsable. Pensez même que la Turquie a appelé publiquement au boycott contre nous. C’est inadmissible». Il rappelle par ailleurs qu’un Conseil européen se tiendra à la mi-décembre pour traiter du cas de ce pays.

«Il y a sur la table toute une panoplie d’actions possibles, y compris des sanctions, si le comportement turc ne change pas. Tout est sur la table», révèle le ministre. 

Il souligne finalement des différences majeures entre la Turquie et l’Europe concernant de multiples points sensibles de politique étrangère: le Haut-Karabakh, la Méditerranée orientale, la Libye et la Syrie. «Nous assistons à une certaine fuite en avant de la Turquie, devant laquelle il faut resserrer les rangs européens», conclut-il.

 

*Organisations terroristes interdites en Russie

Lire aussi:

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
Union européenne (UE), provocation, sanctions, France, Turquie, Jean-Yves Le Drian
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook