Maghreb
URL courte
Par
6174
S'abonner

Accusé de laxisme à l’égard des Algériens bloqués à l’étranger, notamment en Turquie, en raison du coronavirus, le ministère algérien des Affaires étrangères a nié toute négligence de sa part, apportant des explications quant au retard pris dans les rapatriements.

Le ministère algérien des Affaires étrangères a réagi aux accusations de négligence concernant les ressortissants bloqués dans des aéroports étrangers, notamment à Istanbul, en raison du coronavirus. Celles-ci ont été portées à son égard par certains responsables politiques, indique un communiqué rendu public jeudi 26 mars et relayé par la presse locale.

La note affirme que le ministère suit «de près et [de] façon continue la situation des ressortissants algériens bloqués à l’étranger», soulignant qu’il «était en concertation permanente avec les représentations diplomatiques et les consulats ainsi qu’avec les autorités des pays concernés», selon le site d’information Algérie 1.

Le cas de la Turquie

Pour ce qui est des Algériens bloqués à l’aéroport d’Istanbul et qui font l’objet d’une vive polémique notamment sur les réseaux sociaux, le ministère a apporté des éclaircissements concernant leur situation, tout en les rassurant «quant à leur rapatriement en Algérie».

En effet, la diplomatie algérienne a expliqué que le problème qui retardait ledit rapatriement concernait en premier lieu «la confirmation de l’identification d’un grand nombre d’entre eux». En second lieu, conformément aux dispositions d’hygiène et d’isolement sanitaire appliquées dans tous les aéroports du monde pour les vols internationaux, ces ressortissants sont tenus d’observer une période de confinement de 14 jours avant d’embarquer.

Tout en relevant «un nombre sans cesse grandissant au jour le jour» d’Algériens en Turquie désirant rentrer au pays , le ministère note que ceci, en effet, «ne manque pas de susciter des interrogations, d’autant  que la plupart d’entre eux ne présentent ni document de voyage, ni passeport».

En collaboration avec le ministère des Transports, le ministère des Affaires étrangères rappelle que «les ressortissants algériens bloqués à l’étranger, au nombre de 1.811 à la date du 21 mars passé, ont tous été rapatriés à bord de six vols spéciaux, mobilisés à cet effet», conformément aux instructions du Président Abdelmadjid Tebboune.

Les accusations d’un député

Le député du parti islamiste Front de la justice et du développement (FJD), Lakhdar Benkhellaf, a interpellé via une déclaration au site Tout Sur l’Algérie (TSA) le ministère des Affaires étrangères sur le sort des ressortissants bloqués à Istanbul et à Kuala Lampur, en Malaisie, soulignant qu’ils «sont dans une situation catastrophique».

«Il y a une absence totale du ministère des Affaires étrangères au moment où de nombreux Algériens sont en souffrance que ce soit au niveau de l’aéroport d’Istanbul ou de Kuala Lampur», a affirmé le député, ajoutant qu’ils «ont lancé un appel aux autorités algériennes en vue de leur rapatriement».

Notant que des opérations de rapatriement d’Algériens ont eu lieu ces derniers jours, M.Benkhellaf a relevé que «malheureusement, il en reste encore un bon nombre en Turquie et en Malaisie». Selon lui, «entre 1.000 à 1.200 passagers, dont 200 disposent de billets Air Algérie» à Istanbul et «180 à Kuala Lampur».

Enfin, il a assuré que «ce sont les deux seuls cas signalés», assurant être «en contact permanent avec les passagers bloqués» dans ces deux pays.

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Tags:
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Abdelmadjid Tebboune, Abdelaziz Djerad, Algériens, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook