Santé
URL courte
Études sur le coronavirus - juillet (23)
61120
S'abonner

Suite aux études menées dans un abattoir de l’ouest de l’Allemagne où presque les trois quarts des salariés ont été testés positifs, des scientifiques en ont conclu que le coronavirus s’était transmis d’une personne à l’autre «à une distance de plus de huit mètres», selon le communiqué de l’Association Helmholtz (HZI).

Des scientifiques allemands ont étudié les causes d’une explosion de cas de coronavirus au sein d’un abattoir en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et en ont conclu que la transmission du coronavirus dans l’entreprise s’était produite à plus de huit mètres, selon un communiqué de presse paru sur le site de l’Association Helmholtz des Centres de recherche allemand (HZI).

Il s'agit d’une apparition de coronavirus dans l’abattoir Tönies de la ville de Gütersloh, où, selon les médias locaux, plus de 1.500 employés ont été infectés.

D’après le ministre de la Santé de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Karl-Josef Laumann, au total ce sont plus de 2.000 cas d’infection par le Covid-19, liés à une vague de contaminations dans l’abattoir, ont été révélés.

À plus de huit mètres

Les scientifiques ont reconstruit la trame des événements survenus en mai concernant la propagation du coronavirus dans l'entreprise, en constatant que le coronavirus avait été transmis d'une personne à plusieurs autres «à une distance de plus de huit mètres». La propagation du Covid-19 a eu lieuessentiellement dans un environnement froid avec circulation d'air.

Cette entreprise, la plus grande d’Europe dans son domaine, emploie 6.400 ouvriers dont un grand nombre est originaire de Roumanie et de Bulgarie, a fait savoir le journal allemand Der Tagesspiegel.

Dossier:
Études sur le coronavirus - juillet (23)

Lire aussi:

Nice: l'une des victimes «présente un égorgement très profond de l’ordre d’une décapitation»
Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
Tags:
Allemagne, santé mentale, Covid-19, virus
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook