Santé
URL courte
1205
S'abonner

Alors que le cancer est la première cause de décès dans de nombreux pays, les médecins reviennent de plus en plus souvent sur les moyens de prévenir plutôt que de soigner ce mal. Un cancérologue précise le type de personnes qui sont les plus vulnérables à la maladie.

Un chirurgien oncologue russe a raconté qui courait le plus de risques d’avoir un cancer. Selon lui, il s’agit avant tout de ceux qui se concentrent souvent sur des émotions négatives.

«Les gens ouverts, ceux qui éprouvent des émotions positives, qui ont le contact facile et qui voient le monde et les choses sous un jour avantageux sont, selon mes constations, moins souvent malades que les personnes renfermées, d’humeur agressive et mécontentes de leur vie», a indiqué Ivan Karassiov sur sa page Instagram.

Il a précisé que la raison de l’apparition de cellules cancéreuses dans le corps n’avait toujours pas été établie. Dans ce contexte, il a relevé l’existence de facteurs qui augmentent le risque de développer des maladies cancéreuses, comme le stress et des inflammations chroniques, une alimentation déséquilibrée ou une prédisposition génétique.

Découvertes dans le domaine du cancer

Le quotidien turc Sabah avait précédemment mentionné une découverte selon laquelle le kumquat, connu sous les noms de «mandarine ornementale», «orange d'or» ou citrus japonica, contribue à ralentir la croissance tumorale grâce à sa grande teneur en flavonoïdes et aide à renforcer les os par sa richesse en calcium.

Toutefois, un expert russe a averti pour sa part qu’un taux accru de calcium dans le sang, l’hypercalcémie, pouvait être le signe du développement d'un cancer. En outre, il a évoqué une éventuelle «intoxication à la vitamine D».

Lire aussi:

Violente agression d'un adolescent à Paris: une vidéo se propage sur la Toile
Taïwan annonce l'incursion dans son espace aérien de huit avions bombardiers et de quatre avions de chasse chinois
Le célèbre journaliste Larry King est décédé
Failles dans la gestion de la crise sanitaire: «C’est Bruxelles qui a sacrifié l’hôpital public français!»
Tags:
émotions, stress, chirurgie, cancer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook