Santé
URL courte
Par
81726
S'abonner

Le port du masque pourrait diminuer la dose du virus qui pénètre dans le corps et, de ce fait, réduire le risque d’infection par le coronavirus, estiment des médecins de l'université de Californie, selon le New England Journal of Medicine.

Des médecins de l'université de Californie estiment que le port du masque aide à réduire la dose de virus qui peut rendre malade une personne, tout en contribuant à renforcer l'immunité à l'infection par le coronavirus, selon le New England Journal of Medicine.

En se référant aux données disponibles concernant le virus, la dose de virus qui pénètre dans le corps est l'un des principaux facteurs qui déterminent la gravité de la maladie. Plus il y a de virus dans l'organisme, plus fort sera la réponse immunitaire, qui se manifeste dans l'apparition des symptômes caractéristiques du Covid-19, dont la fièvre, la toux et la perte d'odorat.

«Étant donné que le masque ne laisse pénétrer qu’un petit nombre de particules virales, une personne a plus de chances que la maladie se déroule sans symptômes. Et cela peut être assez pour protéger le patient d’une contamination par le SARS-CoV-2 dans le futur. Le port d'un masque peut donc aider à éviter les problèmes de santé à long terme», ont expliqué les médecins.

Les scientifiques ont également noté que les conclusions sur la capacité des infections asymptomatiques à générer une immunité suffisante pour se protéger contre le coronavirus étaient provisoires.

«Néanmoins, c'est une autre raison pour continuer à porter des masques», ont conclu les spécialistes.

Lire aussi:

Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Tags:
Covid-19, santé, masques
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook