Santé
URL courte
Par
10236
S'abonner

Après la réouverture des terrasses et des boutiques mercredi 19 mai se pose désormais la question de l’abandon du masque en extérieur. Et là, le Président reste prudent, évoquant un statu quo jusqu’à fin juin, au minimum.

C’est avec la plus grande prudence qu’Emmanuel Macron a donné le calendrier de l’abandon du masque en extérieur.

«Jusqu'à la fin du mois de juin de toute façon il faut garder le masque, et après on verra à ce moment-là», a répondu le Président interrogé à ce sujet lors d'un déplacement à Blois, relate BFM TV.

«J'en ai marre du masque»

Néanmoins, le Président de la République a donné un point de repère, celui d’atteindre un certain niveau de vaccination. «Il faut rester prudent parce qu'il y a encore du virus qui tourne. Donc quand on aura passé un certain niveau de vaccination, on pourra regarder ça», précise-t-il.

Au 19 mai, 21,5 millions des Français avaient reçu au moins une dose de vaccin, soit 32,2% de la population. Pour que la tendance à la baisse de l’épidémie se poursuive, Emmanuel Macron appelle à continuer à se faire vacciner et donc à ne pas abandonner le masque.

«Là j'en ai marre du masque», lâche Macron.

«On y arrivera bientôt»

Quelques jours plus tôt, c’est le ministre de la Santé qui a promis que la France arrivera «bientôt» à un point où le masque ne sera plus obligatoire en extérieur.

«On n'en est pas encore là en France. On y arrivera bientôt», a lancé Olivier Véran sur BFM TV le 17 mai.

Selon lui, pour l’instant, le port du masque dans le centre des grandes villes est justifié, tandis qu’à «la plage, une montagne, une forêt, un parc, une rue déserte, là on doit pouvoir être rapidement amené à revenir sur l'obligation du port du masque».

Le ministre a aussi insisté sur la nécessité d’avoir «un niveau de couverture vaccinale adéquate».

Vaccinez-vous ou portez le masque?

Par ailleurs, M.Véran a émis des réserves quant à la stratégie des États-Unis où les autorités demandent à la population soit de se faire vacciner soit de continuer à porter le masque, pointant «une chute de l'adhésion à la vaccination» suite à cette recommandation.

Pour rappel, le 13 mai, Joe Biden a annoncé la fin du port du masque, mais uniquement pour les vaccinés. Selon les chiffres officiels au 19 mai, presque 160 millions d’Américains (159.174.963) avaient reçu au moins une dose d’un vaccin, soit 48% de la population.

Certaines communes sans masque

Plusieurs départements français où la circulation du Covid-19 a ralenti ont déjà avancé l’abandon du port du masque en extérieur. C’est le cas de la Moselle, de la Charente-Maritime, du Loir-et-Cher ou encore des Alpes-Maritimes. Mais l’assouplissement ne concerne que certaines communes de ces départements.

Par exemple, dans les Alpes-Maritimes, le port du masque n’est plus obligatoire sur les plages, ainsi que dans les parcs et jardins. Il reste cependant obligatoire dans la rue, sur les marchés ouverts et les places publiques.

Toujours sceptiques

Malgré l’agitation du déconfinement, les Français se montrent défiants à l’égard du gouvernement. Ainsi, 59% des personnes interrogées disent qu’elles ne font pas confiance au gouvernement pour réussir ce déconfinement, selon un sondage d’Odoxa avec Backbone consulting pour Le Figaro et Franceinfo paru le 13 mai.

Enfin, d’après un sondage OpinionWay-Square réalisé pour Les Échos et Radio classique publié le 18 mai, 57% des Français estiment que le déconfinement a été mal préparé.

 

Lire aussi:

Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Rave party à Redon: la gendarmerie dénonce «une déferlante de violences à l’encontre des forces de l’ordre»
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Tags:
sondage, déconfinement, Emmanuel Macron, épidémie, masques
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook