Ecoutez Radio Sputnik
    Restaurant dans la ville de Souzdal

    La consommation de cet aliment protège contre l’un des cancers les plus meurtriers

    © Sputnik .
    Sci-tech
    URL courte
    1338
    S'abonner

    Le risque de cancer de l’intestin peut être fortement réduit par une consommation suffisante de poisson, riche en acides gras ayant des vertus anti-inflammatoires, relate The Telegraph citant une étude publiée dans la revue Clinical Gastroenterology and Hepatology.

    Manger trois fois du poisson par semaine diminue considérablement le risque de développer un cancer de l’intestin, ont conclu des spécialistes du Centre international de recherche sur le cancer dans une étude citée par The Telegraph.

    Afin de réaliser cette étude, des données ont été recueillies auprès de 476.160 Européens pendant 15 ans. Il s’est avéré que les consommateurs de poisson avaient 12% moins de risque de contracter une tumeur maligne de l’intestin, l’une des maladies oncologiques les plus dangereuses.

    Le risque est diminué tant par le poisson gras que par le poisson maigre. Cependant, la consommation de mollusques et de crustacés n’a donné aucun effet. Selon une hypothèse émise par les chercheurs, ce résultat est expliqué par la présence d’acides gras, notamment les oméga-3 dont le poisson est riche, qui agissent comme un anti-inflammatoire.

    La docteure Anna Diaz Font, responsable du financement de la recherche au World Cancer Research Fund, qui a financé l’étude, a déclaré:

    «Cette vaste étude confirme les preuves scientifiques selon lesquelles la consommation de poisson pourrait réduire le risque de cancer de l'intestin».

    Les poissons gras, tels que le maquereau, le saumon et le hareng, réduisent le risque de maladie cardiovasculaire et protègent également contre la dégénérescence du cerveau, en raison des propriétés anti-inflammatoires de leurs acides gras oméga-3, a précisé l’étude publiée dans la revue Clinical Gastroenterology and Hepatology.

    Tags:
    tumeur, produits alimentaires, alimentation, cancer, poisson, consommation, risques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik