Sci-tech
URL courte
8215
S'abonner

La 5G est censée accélérer la numérisation de l'économie et permettre à terme le développement de nouveaux services.

L'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes (Arcep) a donné jeudi le coup d'envoi officiel à la procédure d'enchères attendue par les opérateurs pour les fréquences qui seront utilisées pour la 5G, la nouvelle génération de technologie mobile, en publiant le cahier des charges, informe l’AFP.

La 5G, par les débits importants et le très faible temps de réaction (latence) qu'elle devrait offrir, doit accélérer la numérisation de l'économie et permettre à terme le développement de nouveaux services, de la voiture autonome à la santé connectée en passant par une accélération de la robotisation de l'industrie, notamment.

Le cahier des charges publié jeudi fixe les conditions d'attribution des fréquences 3,4 à 3,8 gigahertz (GHz). Selon le communiqué de l'Arcep, chaque opérateur disposera d'un minimum de 50 mégahertz (MHz) de bande de fréquence, mais pourra monter jusqu’à 100MHz maximum, par bloc de 10MHz, à un prix qui devrait être dévoilé dans les prochains jours par le gouvernement.

La taille minimale des blocs faisait l'objet d'une intense discussion entre les opérateurs, le régulateur et le gouvernement, car elle détermine la capacité des opérateurs à proposer plus ou moins de services et le risque, pour y parvenir, de devoir débourser plus pour arriver à la taille souhaitée.

«L'Arcep a proposé de retenir une taille de bloc de 60MHz pour répondre à l'ensemble des orientations fixées par le gouvernement», mais ce dernier «a privilégié une taille de bloc de 50MHz pour atteindre les objectifs qu'il a fixés», explique le régulateur dans son communiqué.

Le cahier des charges prévoit par ailleurs la couverture en 5G d'au moins deux villes par opérateurs avant la fin de l'année 2020, des échéances de couverture des axes de circulation à moyen terme et un débit minimal de 240 mégabits par seconde (Mbit/s) sur 75% des sites mobiles à l'horizon 2022.

Initialement attendue courant octobre, la procédure d'attribution des fréquences a été retardée de plusieurs semaines du fait de discussions principalement entre les opérateurs et le régulateur.

Du fait des délais légaux inhérents à la procédure, l'attribution des fréquences devrait désormais intervenir avant le début du printemps, alors qu'elle était à l'origine attendue pour le tout début de l'année 2020.

L'opération devrait normalement rapporter quelques milliards d'euros à l'État.

L'attribution des fréquences 3,4-3,8 GHz a déjà été réalisée dans plusieurs pays européens pour des montants variables, l'Italie et l'Allemagne étant ceux où les opérateurs ont déboursé le plus, au-delà de 6,5 milliards d'euros.

Lire aussi:

Les nanocorps pourraient devenir l’arme la plus efficace pour lutter contre le Covid-19, selon une étude
«Il y a quelque chose sur votre menton»: Joe Biden pris au dépourvu devant les caméras - images
Une météorite explose au-dessus de la Turquie ravagée par les incendies – vidéos
Néonazis en Ukraine: Moscou étonné par les propos de Jean-Yves Le Drian
Tags:
technologie 5G, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook