Sports
URL courte
Par
7112
S'abonner

Ce lundi 19 avril, à quelques heures de la validation par le comité exécutif de l’UEFA du nouveau format de la Ligue des champions, 12 clubs anglais, espagnols et italiens ont fait exploser une bombe en annonçant le lancement de leur Super League.

Lundi 19 avril, 12 grands clubs européens de football ont officialisé le lancement d’une compétition privée, la Super League.

«L'AC Milan, Arsenal, l'Atlético Madrid, Chelsea, le Barça, l'Inter Milan, la Juventus, Liverpool, Manchester City, Manchester United, le Real Madrid et Tottenham se sont unis en tant que clubs fondateurs. Trois autres clubs seront invités à se joindre avant la saison inaugurale qui débutera dès que possible», indique un communiqué diffusé par les sites Internet de plusieurs clubs concernés.

A contrario, aucun club français ou allemand ne fait partie de la liste, le Paris Saint-Germain, le Bayern Munich et le Borussia Dortmund ayant décliné la proposition.

Objectif: générer des ressources supplémentaires

Le communiqué indique que l’objectif du projet est de «générer des ressources supplémentaires pour toute la pyramide du football».

«Les clubs fondateurs recevront, en commun, un versement en une fois de 3,5 milliards d’euros destinés uniquement à réaliser des projets d’investissement dans les infrastructures et à compenser l’impact de la pandémie de Covid-19», détaille la déclaration.

À noter, qu’en 2018-2019, avant la pandémie, les recettes TV tirées par l’UEFA (Union des associations européennes de football) de l’ensemble de ses compétitions de clubs (Ligue des champions, Ligue Europa et Supercoupe d’Europe) se sont élevées à 3,2 milliards d’euros.

Format de la compétition

Selon les auteurs du projet, la compétition qui débutera en août opposera 20 clubs, les 15 «clubs fondateurs» et cinq invités en fonction de leurs performances de la saison précédente. Les 20 équipes seront divisées en deux groupes de dix. Les trois premiers de chaque groupe seront qualifiés automatiquement pour les quarts de finale. Les équipes qui terminent en quatrième et cinquième position joueront un play-off. La finale de la Super League sera disputée en mai.

L’UEFA est montée au créneau dès dimanche. Dans un communiqué publié le 18 avril et cosigné par plusieurs fédérations et championnats nationaux, l’instance européenne a annoncé son intention de «de mettre un terme à ce projet cynique, un projet fondé sur l'intérêt personnel d'un petit nombre au moment où la société est plus que jamais en quête de solidarité».

«Trop, c’est trop»

«Nous envisagerons tous les recours possibles, à tous les niveaux, juridiques comme sportifs, afin d'empêcher cela. Le football repose sur des compétitions ouvertes et sur le mérite sportif; il ne peut en être autrement.»

L’UEFA a indiqué que «les clubs concernés seront interdits de participation à toute autre compétition au niveau national, européen ou mondial» et que «leurs joueurs pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leur équipe nationale».

Elle a remercié les clubs d'autres pays, notamment les clubs français et allemands, d’avoir refusé de prendre part à ce projet.

«Ce souci persistant de quelques-uns pour leur unique intérêt n'a que trop duré. Trop, c'est trop», a martelé l’UEFA.

La FIFA a réagi avec beaucoup plus de retenue. Dans une déclaration floue, elle s’est contentée d’exprimer son désaccord concernant une «Super League européenne fermée», en dehors des structures du football international.

Réaction de l’Élysée

«Le Président de la République salue la position des clubs français de refuser de participer à un projet de Super League européenne de football menaçant le principe de solidarité et le mérite sportif», a indiqué l’Élysée à RMC Sport et à l’AFP.

L'Élysée a signalé qu'il appuiera «toutes les démarches de la LFP, de la FFF, l’UEFA, et de la FIFA pour protéger l’intégrité des compétitions fédérales qu’elles soient nationales ou européennes».

La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu a fustigé un «club VIP de quelques puissants» qui représente «un véritable danger pour le monde du football».

«La France est au soutien de l'UEFA et des instances mondiales pour préserver le football de cette folie marchande», a-t-elle déclaré dans un communiqué transmis à l’AFP.

Communiqué de la FFF et de la LFP

Le projet de Super League a été dénoncé par la Fédération française de football (FFF) et la Ligue de football professionnel (LFP) qui estiment qu’il «menace toute la pyramide du football européen».

«Les rêves hégémoniques d’une oligarchie auront pour conséquence la disparition d’un système européen qui a permis au football un développement sans précédent sur le continent européen», indique le communiqué de la FFF et de la LFP.

Vers un nouveau format de la Ligue des champions

Les 12 clubs européens ont annoncé leur projet le jour même où l’UEFA doit valider un nouveau format de la Ligue des champions qui devrait arriver à partir de la saison 2024-2025.

Le nouveau format, bénéfique économiquement aux clubs et à l’UEFA, permettra à 36 clubs d’y participer contre 32 actuellement. La poule unique permettra l’organisation de 225 matches, soit 100 de plus qu’aujourd’hui.

Lire aussi:

Une femme en état de démence blesse un policier au couteau avant d'être abattue
Rixe entre deux bandes rivales en pleine rue en Seine-Saint-Denis – vidéo
Israël organise les plus grandes manœuvres de son histoire: vers un nouveau conflit au Moyen-Orient ?
Tags:
Fédération française de football (FFF), Ligue des Champions de l'UEFA, UEFA
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook