Ecoutez Radio Sputnik
    Deux pétroliers dans le golfe d’Oman

    Voici les nouvelles images publiées par le Pentagone devant accuser l’Iran de l’attaque en mer d’Oman

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    «Attaque» contre deux pétroliers dans le golfe d'Oman (31)
    34181

    Les États-Unis ont publié ce lundi 17 juin de nouvelles photos présentées comme incriminant l'Iran dans les attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman. Suite à la publication de ce nouveau lot de documents, le Pentagone a annoncé le déploiement de 1.000 militaires supplémentaires au Moyen-Orient.

    La tension continue de monter entre Washington et Téhéran après l’incident en mer d’Oman. Le Pentagone a dévoilé de nouvelles images qui montrent, selon l’armée américaine, les conséquences des explosions sur le pétrolier Kokuka Courageous.

    Les 11 nouvelles photos rendues publiques par le Pentagone montreraient notamment un objet métallique circulaire de près de huit centimètres de diamètre attaché à la coque du pétrolier japonais. Cet objet est présenté comme l’un des aimants ayant permis de poser la mine non explosée que Washington accuse les militaires iraniens d'avoir retirée après l'incident qui s'est produit le 13 juin.

    L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
    © AP Photo / U.S. Department of Defense via AP
    L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman

     

     

    Une des photographies, prises d'un hélicoptère «Seahawk» de l'US Navy, montre un bateau blanc avec une mitrailleuse sans marque d'identification et avec plus de dix personnes à son bord portant des uniformes verts et des gilets de sauvetage oranges sur la plupart d’eux. Selon le Pentagone, l’image montre l’équipage d’un navire du corps des Gardes de la révolution islamique après le retrait d’une mine non explosée du navire.

    © AP Photo / U.S. Department of Defense via AP
    L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
    Une autre de ces photos présenterait la cavité provoquée par une seconde mine apposée sur la coque du même pétrolier, que le Pentagone évalue à plus d'un mètre de diamètre.

    • L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
      L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
      © AP Photo / U.S. Department of Defense via AP
    • This image released by the U.S. Department of Defense on Monday, June 17, 2019, and taken from a U.S. Navy helicopter, shows what the Navy says are members of the Islamic Revolutionary Guard Corps Navy removing an unexploded limpet mine from the M/T Kokuka Courageous. (U.S. Department of Defense via AP)
      L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
      © AP Photo / U.S. Department of Defense via AP
    • L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
      L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
      © AP Photo / U.S. Department of Defense via AP
    1 / 3
    © AP Photo / U.S. Department of Defense via AP
    L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Pentagone a ainsi accusé une fois de plus l’Iran d’avoir perpétré une attaque contre les pétroliers.

    «L’Iran est responsable de cette attaque, comme le montrent les preuves vidéo et les ressources et les compétences requises pour retirer rapidement la mine aimantée non explosée», a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

    L’Union européenne a refusé de son côté de s’aligner sur Washington et s’est montrée plus prudente dans l’attribution des responsabilités de l’incident.

    La publication intervient dans un contexte de regain des tensions entre Téhéran et Washington consécutif aux attaques qui ont visé deux pétroliers dans le golfe d’Oman près du détroit d’Ormuz. La partie américaine, soutenue par le Royaume-Uni, l’Arabie saoudite et Israël, a imputé les attaques aux Iraniens, en publiant une vidéo

    Le ministre allemand des Affaires étrangères a qualifié d’«insuffisante» cette vidéo prouvant, selon l’Armée américaine, «l’implication de l’Iran» dans les attaques commises en mer d’Oman. 

    Yutaka Katada, PGD de la société japonaise qui exploite le pétrolier Kokuka Courageous, a réfuté la version américaine des événements, déclarant que l’équipage du bateau avait vu un tir peu avant l'explosion.

    La République islamique a démenti toute implication dans l’incident en soulignant que si elle décidait de bloquer le détroit d’Ormuz, elle le ferait ouvertement. Les Gardiens de la Révolution iraniens ont par ailleurs pris en charge une quarantaine de membres d’équipage de ces navires.

    Le Kremlin a également commenté l'incident. «L’attaque» de deux pétroliers en mer d’Oman étant capable «d’ébranler les bases de l’économie mondiale», les accusations gratuites qui sont formulées dans ce contexte contre l’Iran «ne peuvent sans doute pas être prises en compte», a déclaré le porte-parole du Kremlin.

    La Chine a appelé mardi 18 juin les États-Unis et l'Iran à la retenue après l'annonce de l'envoi d'un millier de soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient et l'avertissement de Téhéran sur le fait que le pays franchira bientôt une limite prévue par l'accord international sur son programme nucléaire.

    Dossier:
    «Attaque» contre deux pétroliers dans le golfe d'Oman (31)

    Lire aussi:

    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    «On a pris Paris plus vite que les Allemands»: des supporters algériens exultent – vidéo
    «Cela ne ressemble pas à une blague»: Zineb El Rhazoui face aux propos d’une humoriste sur la supériorité des Algériens
    Tags:
    Proche-Orient, militaires, Pentagone, attaque, pétrolier, images, Golfe persique, mer d'Oman, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik