Santé
URL courte
Par
9571
S'abonner

Après que des scientifiques américains ont affirmé dans une étude que le vaccin russe était inefficace contre le variant sud-africain du coronavirus, un spécialiste proche du Centre Gamaleïa, qui a conçu le Spoutnik V, affirme qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions sur une prépublication à l’issue d’un test sur seulement 12 personnes.

Les conclusions des scientifiques américains affirmant, dans une prépublication sur le site MedRxiv, que le Spoutnik V serait peu efficace contre le variant sud-africain sont faibles et le vaccin russe protège mieux contre cette souche que celui de Pfizer, a déclaré à Sputnik une source proche du Centre Gamaleïa russe, qui a mis au point le produit examiné.

«Il est important de noter que l’étude n'a pas encore passé son acceptation par le comité de rédaction (la version finale pouvant être différente). En outre, l'un des trois auteurs de l'article manifeste d’un conflit d'intérêts évident puisqu’il est membre du conseil consultatif de Pfizer/BioNtech sur les souches du coronavirus», a souligné l’interlocuteur de Sputnik.

«Mais même dans ce contexte-là, le Spoutnik V s'est avéré le vaccin le plus efficace d’après les chiffres de l’activité neutralisante virale contre diverses souches: la résistance au variant sud-africain, le plus problématique, s’est révélée nettement supérieure à celle du Pfizer», a-t-il poursuivi.

Il a également souligné qu'aucune réduction significative de l'activité neutralisante n'avait été observée par rapport au variant britannique, actuellement le plus répandu en Europe.

«Ce n'est que dans un test supplémentaire (qui utilisait non pas un coronavirus SRAS-Cov-2 vivant, mais un virus de la stomatite vésiculaire de substitution) que les auteurs de la prépublication ont pu constater une différence qui n’était pas en faveur du Spoutnik V vis-à-vis du variant sud-africain», a-t-il expliqué.

«Impossible de croire que cela est dû au hasard»

Le spécialiste a qualifié les conclusions de l'article de «très faibles», étant donné qu’il est impossible de transférer, sans réserves sérieuses, les données d’un test de substitution sur la situation du virus SRAS-CoV-2, encore moins lorsqu’il s’agit de résultats concernant des indices supplémentaires.

«Ce qui est également étrange, c'est que les consultants de Pfizer ne citent pas de données pour le vaccin Pfizer sur le même test», a-t-il fait remarquer.

Pour conclure: «Il est impossible de croire que cela est dû au hasard, avec une telle pédanterie quant à l’établissement de données. En conclusion, je voudrais remercier les auteurs de l'article. Leur haute évaluation indépendante a prouvé une nouvelle fois la fiabilité des données publiées précédemment et l'efficacité du vaccin Spoutnik V».

Prochaine étude du Centre Gamaleïa

Le Spoutnik V est d’ores et déjà enregistré dans 59 pays comptant au total plus de 1,5 milliard d’habitants. Son efficacité est évaluée à hauteur de 91,6%. Le vaccin a été mis au point sur la base de vecteurs adénoviraux humains bien étudiés et utilise deux vecteurs différents pour les deux doses de vaccination, offrant une immunité plus longue que les produits avec le même mécanisme de double administration.

Les résultats de l’étude réalisée par le Centre Gamaleïa lui-même seront publiés en mai prochain dans une revue scientifique à comité de rédaction. Ces études seront fondées sur un échantillon beaucoup plus large que celui des 12 personnes utilisé par les scientifiques américains et montreront une plus grande efficacité du vaccin russe contre les nouveaux variants, notamment sud-africain, par rapport à d'autres vaccins, y compris celui de Pfizer, a encore affirmé la source.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
Comirnaty, vaccin de Pfizer/BioNTech, vaccin, Centre d’épidémiologie et de microbiologie russe Gamaleïa, Spoutnik V
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook