Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    En raison du «blocus informationnel», une délégation norvégienne se rendra en Crimée

    © Sputnik . Alexei Malgavko
    Société
    URL courte
    2310

    Une délégation norvégienne dirigée par le chef de l’organisation publique Diplomatie populaire norvégienne, Hendrik Weber, se rendra le 30 septembre en Crimée pour une visite afin de rencontrer des députés et des activistes de la péninsule russe, annonce le Comité du parlement de Crimée sur les relations internationales.

    Le 30 septembre, une délégation norvégienne emmenée par le chef de l'organisation publique Diplomatie populaire norvégienne, Hendrik Weber, arrivera en Crimée pour une visite de découverte, a déclaré le chef du Comité du parlement de Crimée sur les relations internationales, Youri Gempel.

    Les 10 Norvégiens resteront sur la péninsule pendant cinq jours et rencontreront entre autres des députés, des activistes, des étudiants et des journalistes. Ils visiteront différentes régions criméennes.

    «En Norvège, le blocus informationnel est assez dur, de sorte que les Norvégiens sont intéressés de savoir comment est la vie en Crimée, ce qui se passe ici. Les gens veulent venir et voir comment se développe la Crimée», a expliqué Youri Gempel.

    La Crimée accueille régulièrement des délégations étrangères. Par exemple, ces derniers mois, la péninsule a accueilli une délégation de personnalités politiques et publiques de la République tchèque, une délégation italienne en visite privée et les parlementaires d'une délégation allemande.

    En outre, une délégation de la commune française de Marignanes'était également rendue en Crimée en mai pour signer un accord de jumelage avec la ville d'Eupatoria.

    Lire aussi:

    Un tremblement de terre secoue Athènes - images
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    Tags:
    visite, délégation, Norvège, Russie, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik