Société
URL courte
3223
S'abonner

Apple a été accusé d'écouter massivement ses utilisateurs via l'assistant vocal Siri par l’un de ses anciens sous-traitants, Thomas Le Bonniec, fait savoir The Guardian. L’homme a adressé une requête aux régulateurs européens afin qu’ils prendre des mesures contre l'entreprise.

L’un des anciens sous-traitants d’Apple a décidé de divulguer le fait que l’entreprise américaine Apple continue à collecter les données de ses utilisateurs qui utilisent l’assistant vocal Siri, fait savoir le quotidien britannique The Guardian.

Thomas Le Bonniec, âgé de 25 ans, a adressé une lettre sous forme d’une déclaration de violation des droits des consommateurs à tous les régulateurs européens, afin qu’ils prennent des mesures contre l'entreprise, selon le média.

L’homme a tenu à préciser que, malgré des excuses publiques de la part de la société américaine, elle continuait à enregistrer et à analyser les conversations de ses utilisateurs, violant ainsi les droits fondamentaux de la population. Selon lui, cette lettre a été envoyée à tous les bureaux des régulateurs européens chargés du contrôle de la collecte et du stockage des données.

«Je suis préoccupé par le fait que les grandes entreprises informatiques continuent à écouter la population, même si les citoyens de l'Union européenne sont informés qu'ils ont l’une des lois les plus strictes en matière de protection des données», a expliqué Thomas Le Bonniec.

Il a expliqué qu'il travaillait dans les bureaux de l'entreprise dans la ville irlandaise de Cork, écoutant et analysant les enregistrements de Siri en anglais et en français. L’homme s’est vu contraint de quitter l'entreprise à l'été 2019 pour des raisons éthiques.

Selon lui, l'assistant vocal Siri enregistre presque constamment le discours de l'utilisateur et de sa famille, sans être activé.

«J'ai entendu des gens parler de leur cancer, de proches décédés, de religion, de sexe, de politique, de drogue sans vouloir le partager avec Siri», précise Thomas.

Suspension des écoutes précédentes

En 2019, après la révélation par la presse que Google et Apple analysaient des enregistrements de leurs utilisateurs via les assistants vocaux Google Assistant et Siri, les deux géants américains du numérique avaient suspendu cette pratique le 2 août, sous la pression de l’Office de la protection des données de Hambourg (HmbBfDI). Cette suspension de l’exploitation de données des utilisateurs a duré trois mois, jusqu’au 1er novembre.

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
écoutes téléphoniques, données, Siri, Apple
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook